FAQ | Trop Beau Pour Être Vrai

FAQ

FAQ

Sélectionnez un type d'arnaque

Il existe de nombreuses formes d’arnaques utilisant des placements « alternatifs ». Et les escrocs inventent de nouvelles techniques tous les jours. Soyez donc sur vos gardes ! Nous vous présentons ici les formes les plus fréquentes :

  • arnaque de type « boiler room »
  • arnaque de type « recovery room »
  • arnaque à l’investissement  dans des biens
  • « options binaires »
  • « cloned firms » (entreprises clonées)
  • « système de Ponzi »

Si vous êtes contacté de façon non sollicitée par téléphone ou par courriel, soyez prudent et essayez d'éviter tout contact ultérieur. Faites valoir vos droits de consommateur/citoyen pour gérer vos propres actifs et ne vous laissez pas embobiner.

Si vous avez néanmoins accepté une proposition, sachez qu’on vous a d’abord appâté avec un premier petit investissement qui semble rentable. Après cela, il vous sera demandé à plusieurs reprises d’investir davantage. Contrairement à votre premier placement, ces nouveaux apports  seront perdants. Lorsque vous voudrez récupérer votre mise, cela ne sera pas possible sans versements supplémentaires.

En tant que consommateur, on vous mettra sous une forte pression. C’est pour cela que ce type d’arnaque est appelé « boiler room » (chaufferie). En fin de compte, vous n'arriverez jamais à récupérer l'argent que vous avez investi.

Vous avez des doutes quant à la fiabilité d'une entreprise ? Vérifiez-la sur ce site et consultez l'avertissement de la FSMA relatif à ce type d’arnaque.

Le risque avec ce type d’arnaque, c’est que les escrocs répondent rapidement à vos attentes, si bien que vous êtes moins vigilant. Ils vous appellent de façon aléatoire ou de manière ciblée (ils peuvent accéder à vos données personnelles de différentes manières) et se présentent comme courtiers en bourse. Ils vous proposent des actions d'une société spécifique (qui peut ou non exister) et vous promettent qu'elles vaudront un montant énorme. Ils se présentent comme de véritables experts et des prestataires de services reconnus avec un site web et des formulaires à l’aspect professionnel.

En outre, ils mettent en avant le fait qu'il s'agit d'une offre exclusive, ce qui vous met la pression et vous donne le sentiment que c'est la chance de votre vie.

Une fois que vous avez investi, les services proposés s'avèrent fictifs ou sans valeur.

D'autres formes d'investissements sont également proposées selon cette même technique, des services de gestion d'actifs par exemple, des comptes à terme ou des investissements dans des projets de crowdfunding.

Si une personne vous contacte et se fait passer pour quelqu'un de la FSMA, de la police ou de l’administration publique en général, demandez immédiatement son nom et son numéro de téléphone. Vérifiez ces données sur internet pour confirmer l'identité de la personne. Si vous n'obtenez pas d’éclaircissement à ce sujet, il est préférable de rompre immédiatement tout contact.

Vous êtes victime d’une arnaque en ligne, par exemple avec de faux investissements, et on vous contacte pour vous proposer de vous aider à récupérer votre argent ? Dans ce cas, soyez très vigilant. Il s'agit probablement d’une autre arnaque dite « recovery room » (service de recouvrement). La plupart du temps, les escrocs vous demanderont une rétribution pour payer des frais de dossier. Ne vous aventurez pas là-dedans et cherchez à vous faire aider juridiquement, par exemple par un avocat.

Il s'agit d'une forme d’escroquerie dans laquelle des investisseurs qui ont déjà été trompés sont spontanément contactés (par téléphone) par des tiers prétendant vouloir les aider.

Il existe de multiples formes de ce type d’arnaque. Dans certains cas, les inconnus proposent de racheter les actions ou proposent d’aider à récupérer l'argent perdu. Les escrocs prétendent qu'ils ne demandent qu'un petit montant pour ce service, après quoi ils prendront le recouvrement à leurs frais. En réalité vous ne revoyez jamais l'argent que vous versez.

Faites donc très attention à ces bienfaiteurs non sollicités et signalez toute approche de ce type sur pointdecontact.belgique.be (option « Arnaque à l'investissement »). Vous recevrez immédiatement l’information concernant les démarches à entreprendre et qui peut vous aider.

N'importe qui peut présenter un bien comme ayant de la valeur et le proposer à la vente en tant « qu'investissement ». Méfiez-vous des promesses de profits excessifs et ne faites jamais confiance à une entreprise que vous ne pouvez pas identifier. Demandez plus d'explications, renseignez-vous sur l'entreprise et faites un maximum de recherches à l'aide d'un moteur de recherche en ligne.

Si l’investissement concerne des diamants, lisez au préalable l'avertissement de la FSMA à propos des arnaques liées à des investissements dans le diamant. Méfiez-vous toujours des faux diamants et choisissez de préférence un diamantaire belge enregistré (la liste complète se trouve sur www.awdc.be).

Si vous avez des doutes sur un investissement, il est préférable d'en informer la police le plus tôt possible. Il est également conseillé de consulter un bijoutier ou un diamantaire reconnu (la liste complète se trouve sur www.awdc.be).

Renseignez-vous sur les propriétés physiques inhérentes au diamant ou à la pierre précieuse achetée (entre autres les 4 C des diamants taillés : « carat », « clarté », « couleur » et « coupe ») et soyez présent à chaque test.

La FSMA a également publié une liste des fournisseurs d'investissements dans les diamants pour lesquels des signalements de fraude ont été soumis. Vous pouvez la consulter ici.

Une option binaire est un contrat entre deux parties : un acheteur et un vendeur. L'acheteur spécule sur l’augmentation ou la baisse du cours d'un actif sous-jacent. Cet actif sous-jacent peut être une action, mais également un indice boursier, une devise, une matière première, etc.

Un exemple pour mieux faire comprendre les choses...
Une personne investit une somme d’argent dans une option binaire, également appelée option « tout ou rien », en pariant sur l'évolution du prix d’un actif déterminé, soit à la hausse, soit à la baisse, dans les jours, heures ou minutes qui suivent.

Si sa prédiction se réalise, l'investisseur récupère son argent et il touche un bénéfice. Dans le cas contraire, il perd toute sa mise.

La commercialisation d'un tel produit auprès des consommateurs (= non-professionnels) est interdite en Belgique. Dans bien des cas, vous ne revoyez pas votre argent.

Le « cloning » est une forme d’arnaque où les escrocs usurpent l'identité de personnes ou de sociétés existantes telles que des avocats ou des sociétés d’investissement. De la sorte, ils vous font croire qu'ils disposent des autorisations nécessaires pour proposer certains services financiers. Bien qu'ils se présentent comme des fournisseurs de services agréés, avec un site web et des formulaires professionnels, il s’agit en fait d’une escroquerie et les services offerts sont fictifs ou sans valeur.

Il s'agit d’une méthode destinée à arnaquer les gens en leur proposant un investissement dans lequel l'argent reversé est financé (en tout ou partie) par les investissements des nouveaux clients. Souvent, les escrocs font miroiter un rendement très élevé pour un risque faible.

Le système de Ponzi présente de fortes similitudes avec la vente pyramidale, même s'il existe quelques différences. Dans le cas du système de Ponzi, ce ne sont pas les investisseurs existants (les participants) qui doivent chercher de nouveaux investisseurs : ce sont les organisateurs eux-mêmes qui le font. Les participants ne reçoivent pas de rétributions en fonction du nombre de nouveaux arrivants, mais en fonction de la durée et de l'importance des montants investis. Il est très aisé pour les escrocs de « faire passer » le montage pour un produit d'investissement. Une arnaque de type « Ponzi » durera tant que les montants versés par les nouveaux arrivants seront suffisants pour payer les prétendus profits.

  • Vérifiez tout d’abord que l'entreprise est correctement enregistrée dans la Banque-Carrefour des Entreprises. Vous pouvez le faire en utilisant le numéro d'entreprise qui doit en principe figurer sur chaque site web et chaque facture (quand il y en a).
  • Prenez votre temps et essayez d'en savoir plus sur l'entreprise à l'aide d'un moteur de recherche. Ce n'est pas toujours facile, car certaines entreprises utilisent des noms différents ou sont connues sous des noms différents selon les pays.
  • Vérifiez sur le site de la FSMA si le fournisseur dispose des agréments nécessaires. Ce site web contient également des avertissements concernant diverses sociétés qui agissent de manière irrégulière en Belgique.

Pour de plus amples informations, consultez aussi éventuellement le site web du Service public fédéral Economie et sa page Marnaque sur Facebook.

En cas de soupçons, introduisez un signalement sur pointdecontact.belgique.be (option « Arnaque à l'investissement »). 

  • Ne payez plus rien. Pas même si l'entreprise réclame un versement supplémentaire et/ou le paiement d'une taxe comme condition pour le paiement de vos bénéfices. Ces exigences supplémentaires sont souvent la marque qu'il s'agit d'une arnaque.
  • Déposez immédiatement plainte à la police locale.
  • Contactez également le plus rapidement possible votre banque ainsi que les autres banques concernées.
  • Signalez l’escroquerie sur pointdecontact.belgique.be (option « Arnaque à l'investissement »). Vous recevrez immédiatement l’information concernant les démarches à entreprendre et qui peut vous aider. Votre signalement sera également automatiquement transféré à la police fédérale et à la FSMA afin qu’ils puissent mener enquête sur cette arnaque.
  • Soyez à l'affût des nouvelles tentatives d’arnaque, car vous pourriez être à nouveau contacté par des escrocs qui prétendent qu'ils peuvent vous aider à récupérer votre investissement.
    Vous retrouverez plus d’informations sur l’arnaque dite « recovery room » dans la FAQ En quoi consiste l’arnaque de type « recovery room »?
  • Restez calme si vous êtes à nouveau contacté ; ne prenez pas de décisions hâtives et ne cédez pas aux pressions ou aux menaces des escrocs.

Si vous avez déjà payé, le mieux est de contacter le plus vite possible les banques concernées et, en premier lieu, la vôtre. Votre banque demandera à la banque titulaire du numéro de compte des escrocs de vous rembourser l'argent. Elle tentera également de faire bloquer le transfert ou de bloquer le compte afin que les escrocs ne puissent plus en retirer d'argent. Toutefois, si l’escroquerie est détectée tardivement et que le montant versé a déjà été retiré par les escrocs ou transféré sur un compte à l’étranger, vous ne pourrez plus récupérer votre argent par l'intermédiaire de votre banque. Vous pouvez juste encore essayer de récupérer votre dommage en vous faisant aider sur le plan juridique, mais même de cette façon, il y a peu de chances que cela marche.

Déposez immédiatement plainte à la police locale et signalez l’escroquerie sur pointdecontact.be.belgique.be (option « Arnaque à l'investissement »). Vous recevrez immédiatement l’information concernant les démarches à entreprendre et qui peut vous aider. Votre signalement sera également automatiquement transféré à la police fédérale et à la FSMA afin qu’ils puissent mener enquête sur cette arnaque. 

Faites attention : il est possible que les escrocs vous recontactent pour vous soutirer encore de l’argent, par exemple en vous proposant les services d’un (faux) avocat. Vous retrouverez plus d’informations au sujet de cette arnaque dans la FAQ En quoi consiste l’arnaque de type « recovery room » ?

Soyez rassuré ! Les signalements sont toujours traités confidentiellement. Aucune donnée n'est rendue publique. Vous ne faites donc de tort à personne en essayant de vous protéger et de protéger les autres. En outre, l’Inspection économique et la FSMA agissent sur le plan juridique dès qu’il existe plusieurs signalements faisant état du même phénomène. En cas de doute, il est donc préférable de fournir toutes les informations que vous avez en votre possession. Les instances compétentes les traiteront comme il se doit.

Vous avez déjà entendu parler du Bitcoin ? C’est un exemple de cryptomonnaie. C’est une sorte de monnaie numérique et entièrement virtuelle qui se présente sous la forme de codes cryptographiques (cryptés). Ces codes changent au fil des transactions effectuées avec cette monnaie. Vous pouvez stocker des cryptomonnaies dans un portefeuille virtuel ou offline, sur votre ordinateur ou sur un disque dur externe. Les cryptomonnaies ont une valeur virtuelle (un cours) qui fluctue énormément.

  • Les cryptomonnaies sont utilisées dans un premier temps comme moyen de paiement ou d’échange, mais elles font très vite l’objet de spéculations. D’où d’importantes fluctuations de cours. Le cours d’une monnaie virtuelle peut très vite grimper mais aussi chuter de manière spectaculaire. De ce fait, la valeur de vos cryptomonnaies est très imprévisible.
  • Les cryptomonnaies ne sont actuellement pas reconnues par les autorités. Elles ne font l’objet d’aucun contrôle, ni d’aucune surveillance. Vous ne pouvez pas les utiliser partout pour payer. Personne n’est obligé d’accepter un paiement en argent virtuel.
  • Les cryptomonnaies ne sont négociées que sur internet. L’environnement dans lequel les transactions ont lieu comporte certains risques : la plateforme ou votre portefeuille virtuel peut être piraté, et vous pouvez tout perdre. Vos cryptomonnaies peuvent également être volées si des virus, des chevaux de Troie ou des logiciels malveillants infectent votre ordinateur.
  • N’importe qui peut créer une cryptomonnaie. Ce faisant, tout le monde n’a pas de bonnes intentions, hélas ! Le risque est donc bien réel que certains agissent à des fins d’escroquerie ou pour couvrir un trafic de drogue, des activités terroristes ou d’autres activités criminelles. Soyez donc sur vos gardes lorsque vous décidez d’investir dans des cryptomonnaies.
  • Les cryptomonnaies sont anonymes.

Il existe de nombreuses formes d’arnaques aux cryptomonnaies. Nous en dressons ici une liste des plus courantes, mais les escrocs en inventent tous les jours de nouvelles. Soyez donc sur vos gardes !

 

  • Les plateformes d’investissement dans les cryptomonnaies : plusieurs plateformes d’investissement dans les cryptomonnaies ont vu le jour ces derniers mois sur internet. Derrière ces plateformes, se cachent souvent des escrocs. Ils opèrent toujours de la même manière : ils essaient de vous convaincre d’investir sur leur plateforme de trading en vous annonçant desrendements incroyables. Et vous ne devez pas avoir d’expérience dans les placements : ils sont là pour encadrer les débutants comme les investisseurs expérimentés. C’est ouvert à tout le monde ! Vous pouvez faire vos transactions en un clin d’œil et en toute confiance…Jusqu’au moment où vous voudrez encaisser vos gains. Là, vous ne pourrez pas récupérer votre argent ni votre soi-disant " bénéfice " et vous n’entendrez plus jamais  parler de la plateforme sur laquelle vous avez placé votre argent.
  • Les paiements en ligne avec des cryptomonnaies : vous souhaitez acheter quelque chose via un site de petites annonces ou un web shop. L’annonceur vous demande de payer avec des cryptomonnaies. Il vous propose d’ailleurs un lien à cet effet. L’objet acheté ne vous est jamais livré et vous ne parvenez plus à joindre la personne de cette entreprise. Et ainsi, vous avez perdu votre argent. Sachez qu’avec des cryptomonnaies, vous n’avez jamais la possibilité de récupérer votre argent. Par contre, pour vos achats effectués par carte de crédit, carte bancaire ou par PayPal, vous êtes assuré contre certains risques dont entre autres, la non-livraison.
  • Les paris sportifs effectués avec des cryptomonnaies : vous êtes invité à parier sur une rencontre sportive. Vous versez l’argent et vous voyez apparaître votre rendement sur votre compte virtuel... mais vous ne parvenez ensuite jamais à encaisser vos gains. Et impossible de joindre votre interlocuteur. Quelques mois plus tard, vous vous apercevez même que le site web ou la plateforme sur laquelle vous avez investi votre argent n’est temporairement plus disponible et/ou qu’un  autre le remplace. En réalité, les gestionnaires de cette plateforme se sont envolés avec votre argent.
  • La fraude de type wallet : vous pouvez la comparer à de fausses factures. Vous versez de l’argent sur un site, mais en fait, vous êtes redirigé sans le savoir vers une autre adresse, et votre argent disparaît. Parfois, il n’y a qu’une seule petite différence au niveau de la manière dont le lien vers le wallet est retranscrit. Vous pouvez aussi être confronté à un faux wallet, faux car inexistant.

Le cours d’une monnaie virtuelle peut très vite grimper mais aussi chuter de manière spectaculaire. Les escrocs en profitent pour opérer de manière abusive avec les cryptomonnaies parce que les consommateurs ne peuvent pas aisément en contrôler eux-mêmes les cours.

 

  • Une fois que vous avez investi dans des cryptomonnaies et effectué un versement, il ne vous est plus possible de le récupérer. Si votre mise se trouve dans un portefeuille virtuel, vous devez demander l’accord du gestionnaire pour être remboursé. Il n’est pas certain que vous le soyez effectivement. Tant que l’argent ne se trouve pas à nouveau sur votre compte bancaire, vous n’avez rien gagné.
  • Il arrive que des escrocs vous promettent que vos cryptomonnaies vont doubler de valeur.  Ils appellent cela le  "flipping scam". Ne vous laissez pas séduire par des promesses en l’air. Si c’est trop beau pour être vrai, c’est que ça ne l’est pas.
  • L’environnement internet dans lequel les transactions ont lieu comporte des risques : la plateforme ou votre portefeuille virtuel peuvent être piratés et vous pouvez ainsi tout perdre. Vos cryptomonnaies peuvent également être volées si des virus, des chevaux de Troie ou des logiciels malveillants infectent votre ordinateur. Et même en choisissant une plateforme plus grande ou plus connue pour investir, vous pouvez y rencontrer des problèmes. Elles aussi sont exposées aux virus et aux attaques informatiques. Qui plus est, sur ce type de site il est souvent très difficile d’atteindre le service clients et souvent devez-vous attendre longtemps avant d’obtenir une réponse.
  • Vu que n’importe qui peut créer une cryptomonnaie, il existe bel et bien un risque que quelqu’un le fasse à des fins d’escroquerie ou pour couvrir un trafic de drogue, des activités terroristes ou d’autres activités criminelles. Sachez donc qu’il est possible que vous souteniez ce type d’activités lorsque vous investissez dans des cryptomonnaies.

Cherchez à savoir à qui vous avez affaire. Vous trouverez sur ce site ou sur www.fsma.be une liste de plateformes reconnues comme frauduleuses. Commencez donc par contrôler que la vôtre n’y figure pas. Les escrocs agissent vite : avant que vous ne vous en rendiez compte, ils peuvent créer une nouvelle plateforme qui, forcément, n’a pas encore été détectée comme frauduleuse. Quoi qu’il en soit, ne fournissez jamais à des inconnus des documents officiels (extraits de banque par exemple), vos données de carte bancaire ou de crédit, ni de copie de votre carte d’identité.

  • Essayez d’entrer en contact avec la plateforme et demandez des explications.
  • Vous avez effectivement perdu votre argent ? Déposez immédiatement plainte à la police locale et signalez l’escroquerie sur pointdecontact.belgique.be (option "cryptomonnaies"). Vous recevrez immédiatement l’information concernant les démarches à entreprendre et qui peut vous aider. Votre signalement sera également automatiquement transféré à la police fédérale et à la FSMA afin qu’ils puissent mener enquête sur cette arnaque.
  • Vous venez de faire un versement sur un compte inconnu ou à un inconnu ? Signalez-le le plus rapidement possible à votre banque. Si vous le faites suffisamment vite, votre banque pourra peut-être encore bloquer la transaction. Evidemment, ce n’est pas toujours le cas.

Si vous découvrez que vous êtes victime d’une arnaque et si votre argent a déjà été prélevé de votre compte bancaire, vous ne pourrez malheureusement plus le récupérer.

 

  • Déposez immédiatement plainte à la police locale. 
  • Contactez également le plus rapidement possible votre banque ainsi que les autres banques concernées.
  • Signalez l’escroquerie sur pointdecontact.belgique.be (option "cryptomonnaies"). Vous recevrez immédiatement l’information concernant les démarches à entreprendre et qui peut vous aider. Votre signalement sera également automatiquement transféré à la police fédérale et à la FSMA afin qu’ils puissent mener enquête sur cette arnaque.
  • Faites attention : il est possible que les escrocs vous recontactent pour essayer de vous soutirer encore de l’argent, par exemple en vous proposant les services d’un (faux) avocat.

Un appareil de minage ne vous protège pas contre les arnaques, les virus, les chevaux de Troie ni contre les logiciels malveillants utilisés par les escrocs pour voler des cryptomonnaies.

En outre, ces appareils sont relativement chers : pour un appareil bon marché, il faut déjà compter 3.000 euros, et un appareil soi-disant plus performant peut coûter jusqu’à 9.000 euros. Sans oublier qu’il faut le remplacer régulièrement parce qu’un appareil d’aujourd’hui ne pourra pas décrypter les codes de l’année prochaine.

Un appareil externe est moins exposé aux piratages, virus et logiciels malveillants, mais vous pouvez quand même vous faire arnaquer. Certains appareils se connectent effectivement de temps en temps à l’internet. Le risque de piratage augmente alors à ce moment-là.

Dans les journaux, il nous arrive de lire que des gens se sont enrichis rapidement en investissant dans des monnaies virtuelles. Ce ne sont là que quelques rares chanceux. Si l’on vous propose d’investir dans des cryptomonnaies et que ce qu’on vous propose semble trop beau pour être vrai, c’est que ça ne l’est pas. Il est clair que tout le monde a envie de faire prospérer son patrimoine, mais il vaut mieux le faire progressivement plutôt que rechercher des rendements irréalistes.

N’investissez jamais dans quelque chose que nous ne connaissez pas. Et cherchez toujours à savoir à qui vous avez affaire.

La plupart des cryptomonnaies reposent sur cette technologie. Vos données sont recueillies et sauvegardées dans des bases de données, mais si le processus n’est pas sécurisé, vous risquez d’être contaminé par un virus ou que votre compte soit piraté. Par ailleurs, aucune plateforme de trading ne peut vous garantir la même sécurité que celle que vous trouvez par exemple sur les plateformes bancaires en ligne. Vous risquez donc non seulement qu’on vous vole vos données mais également vos cryptomonnaies. Le risque d’arnaque est encore plus grand dans le cas de cryptomonnaies qui n’utilisent pas la technologie de la blockchain.

Il existe des magasins et des entreprises qui acceptent les paiements en cryptomonnaies, y compris en ligne. Les monnaies virtuelles ne sont généralement pas intéressantes comme moyen de paiement pour les petites transactions parce que souvent, des frais de transaction élevés y sont associés. Pour bon nombre de personnes, les cryptomonnaies sont plus un objet de spéculation qu’un moyen de paiement.

Si un commerçant accepte les cryptomonnaies, vous pouvez les utiliser pour effectuer un paiement. Mais contrôlez bien au préalable que le commerçant ou le site web sur lequel vous faites vos achats sont dignes de confiance.

Si un site web vous propose de payer en cryptomonnaies, assurez-vous qu’il soit fiable. Il arrive souvent que des personnes effectuent un achat sur un site web douteux ou un site de petites annonces et qu’elles ne reçoivent rien ensuite. Et lorsqu’elles essaient par la suite de contacter le vendeur, il n’y a plus personne.

C’est possible mais vous n'y êtes absolument pas obligé.

Les cryptomonnaies n’ont aucune valeur légale. De plus, leur cours est très volatile : vous ne savez jamais à l’avance à quel taux vous allez pouvoir les échanger contre des euros. Aussi, vous n’avez aucune garantie de pouvoir les échanger plus tard pour leur valeur initiale.